Cruralgie ou l’inflammation du nerf crural

Publié le mardi 1er septembre 2009 à 16:56

Pour comprendre les manifestations et les causes d’une cruralgie ou douleur du nerf crural ou nerf fémoral, une petite leçon d’anatomie s’impose. Le nerf crural est formé par des racines nerveuses qui prennent naissance au niveau des vertèbres lombaires. Si la racine sort entre les 3è et 4è vertèbres lombaires, on parle de racine L3 tandis que la racine L4 naît entre les 4è et 5è vertèbres lombaires. Le nerf pénètre ensuite dans le petit bassin pour atteindre la cuisse. Le nerf crural assure l’innervation de l’avant de la cuisse. Si les racines nerveuses ou le nerf lui-même souffrent, la cruralgie apparaît.

La cruralgie et la sciatique sont très difficiles à différencier puisque dans les deux cas, les causes sont pratiquement les mêmes et les douleurs touchent les membres inférieurs. Seuls, les trajets des nerfs permettent de faire la distinction entre les deux pathologies.

En termes plus simples, la sciatique provoque des douleurs de la partie postérieure des membres inférieurs tandis que la cruralgie intéresse la partie antérieure et elle apparaît en général après la cinquantaine.

Pour mieux déterminer la cruralgie

La douleur est le signe majeur de la cruralgie à laquelle s'ajoute une diminution de la sensibilité de la région touchée. Une lésion de la racine L3 entraîne une douleur de la partie haute et externe de la fesse qui s'étend vers la partie antérieure de la cuisse et la partie interne du genou.

Quand la racine L4 est en cause, la douleur intéresse le bas de la fesse, la partie externe de la cuisse, le dessus du genou et peut atteindre le dessus du pied. La douleur est d'apparition brutale, intermittente, exacerbée par l'effort mais calmée par la position debout ou allongée. Elle est souvent déclenchée en position assise lors d'un trajet en voiture.

A l'examen clinique, le médecin décèle une diminution voire une abolition du réflexe rotulien la percussion du tendon sous-rotulien n'entraîne aucune réaction de la jambe. Deux examens cliniques permettent d'orienter le diagnostic vers une cruralgie. Tout d'abord, il y a le signe de Lasègue inversé c'est-à-dire une douleur ranimée par une extension forcée de la jambe, le patient étant allongé sur le ventre.

Le deuxième examen est le signe du crural qui est une douleur réveillée par une extension de la cuisse quand le genou est en flexion. Chez l'homme, la cruralgie peut entraîner une augmentation de volume des testicules qui sont douloureux à la palpation.

La cruralgie est due à une souffrance ou à une compression des racines nerveuses L3 ou L4 ou du nerf crural lui-même. La première cause est une hernie discale : entre deux vertèbres est intercalé un disque qui joue le rôle d'amortisseur, quand ce disque est fragilisé, une partie peut faire saillie en dehors de l'articulation et entraîner une compression des racines nerveuses.

D'autres affections sont incriminées dans le processus de la cruralgie telles que la fracture vertébrale, les tumeurs localisées sur le trajet du nerf, le rétrécissement (sténose) du canal rachidien, l'abcès au niveau du bassin, les arthroses, les infections diverses ou le kyste.

On distingue même des cruralgies idiopathiques ou des cruralgies dont les causes sont inconnues, qui régressent même sans traitement au bout de quelques semaines.

Comment traiter une cruralgie ?

Le traitement d'une cruralgie ne diffère guère de celui d'une sciatique c'est-à-dire douleur calmée avec des antalgiques, administration d'anti-inflammatoires non stéroïdiens (Ains) relayés par des corticoïdes s'il n'y a pas de contre-indications (diabète, maladies mentales, ostéoporose, etc.). En cas d'échec, le médecin peut procéder à une infiltration de corticoïdes avec injection au siège même de la douleur. Cette opération ne doit jamais être pratiquée en première intention.

L'ostéopathie donne souvent de très bons résultats à condition d'être pratiquée par un professionnel. La mésothérapie, injections multiples de doses infimes d'un médicament au niveau de la région douloureuse, est également très efficace sous réserve de ne pas utiliser de médicaments à base de corticoïdes, à ne pas confondre avec l'infiltration. La chirurgie est notamment indiquée dans le cas des tumeurs. Chez certaines personnes, la douleur est d'emblée très intense presque insoutenable qu'il faut recourir directement à la morphine sans passer par les différentes étapes classiques du traitement.

Quand la cruralgie apparaît insidieusement et de façon progressive, en cas d'agressions légères du nerf, la rééducation des membres inférieures prime sur les autres traitements, surtout chez les personnes âgées. Cela vient du fait que la douleur incite ces personnes à mettre au repos leurs membres inférieurs entraînant inévitablement une fonte musculaire, responsable d'une perte d'autonomie le plus souvent irréversible.

haut

Réactions des visiteurs

| 1 | 2 | 3 | 4 |

Réaction de hermie saurat :

J'ai une cruralgie severe comment dois je la soigner ?

Réaction de MARTIN :

Je souffre d'une hernie discale L3 L4 détectée par I R M .J'ai 83 ans la chirurgie a été écartée . mon traitement actuel se compose de Kalmia latifolia , de corticoîde et d'anti inflammatoire . que puis-je faire de mieux pour soulager et guérir la cruralgie dont je souffre aussi ??? MERCI DE ME CONSEILLER.

Réaction de GRANJARD Jocelyne :

Après de fortes douleurs à la cuisse droite et après avis de mon médecin traitant il m'a dit

que j'avais une CRURALGIE. Il m'a orienté vers un médecin du sport qui m'a bien confirmé que c'était une CRURALGIE. Il m' a prescrit du VOLTARENE pendant 15 j. J 'ai été bien vite soulagée mais ça n'a pas durée.

Comme convenu je devais le revoir et lui ai expliqué que j'ai encore mal. Il m'a donc orienté vers un scanner pour essayer d'y voir plus clair. Or, cet examen n'était pas satisfaisant et il m'a dit de passer une IRM. La, il a été découvert que je souffrais d'une inflammation du nerf crural au niveau de la vertèbre L3 - L4 et que ceci nécessitait une infiltration exécutée sous scanner par un spécialiste. Ce que je fis donc. Au bout 48 HEURES

je n'avais plus mal sauf encore un peu la nuit mais la douleur s'estompe depuis. J'ai subi cette infiltration depuis le 11 septembre et aujourd'hui 14.09 tout à l'air d'aller bien. Alors si ce compte rendu peu soulager quelques uns d'entre vous n'hésitez pas de + l'intervention est tout à fait supportable.

Bon courage à tous.

Réaction de zeugmann :

j'aimerais savoir si l'infiltration excécutée sous scanner par un spécialiste je pense neuro chirurgien était de la cortisone( corticoide) ma soeur a le même problème avec une ostéoporose grave elle ne peut pas utiliser de la cortisone. Avec la cruralgie pouviez vous marcher ? y avait il une diminution de la sensibilité de la force dans un membre par exemple cuisse qui pourrait handicaper la marche. Ma soeur n'a pas de douleur, n'en a plus suite à une hospitalisation, elle prend toujours des anti inflammatoires mais la marche est difficile ESt ce que votre nerf était aussi coincé ? merci cordiales salutations

Réaction de ruiz catherine :

Bonjour !

Pour ma part, j'ai 74 ans et des problèmes de vertèbres qui me provoquent soit sciatique, soit cruralgie , ce

qui est le cas en ce moment et j'en souffre terriblement.

Comme traitement actuel : electrothérapie et massages plus lamaline suppositoires, mais cela ne

me calme qu'un moment et cela reprend de plus belle., il n'y a qu'une bouillote chaude qui me calme, ou

alors en position assise.

Est ce que vous auriez d'autres solutions ? tous vos avis seront les bienvenus. Merci.

Réaction de alain DARDERES :

j'ai toujours des douleurs derriere le genou et dans l'aine ; je prends des anti inflammatoires ; combien de temps dois je attendre, je souffre depuis 1 semaine ;

merci d' une réponse.

Réaction de brunet :

j ai une cruralgie due à de l arthrose ....le nerf serait légèrement coincé entre deux vertebre j ai une mobilisation de le jambe normale mais pas assez de force dans cette jambe pour monter un escalier normalement

la Kiné ou osteopathie serait elle utile ...? dois je m entrainer à monter un escalier ou faire du vélo d appartement ?

merci pour vos remarques et conseils

Réaction de mercier monique :

quelle position assise ou couchee chaleur ou pas pour resister un peu aux douleurs d une cruralgie merci

Réaction de mercier monique :

quelle est la meilleure position pour moins souffrir des douleurs violentes d une cruralgie

Réaction de Marie37 :

Bonjour à toutes et à tous,

Je souffre également d'une cruralgie depuis 3 semaines. Je n'ai pas souhaité prendre d'anti-inflammatoire, à mon avis, le corps s'y habitue trop vite, le soulagement n'est que passager et le système digestif est parfois rebelle à ce type de médicament. Pourtant j'ai à portée de main du Myolastan ainsi que du Toprec. Je ne prendrais le premier seulement si la douleur devient infernale. J'ai malgré tout très mal, mais je n'en suis qu'au tout début de ma nouvelle rencontre avec l'eau.

Comme nous sommes tous différents, il y a des thérapies qui vont mieux correspondrent à tels organisme et morphologie. Mais la cruralgie est en général assez longue à soigner.

J'ai eu ma première séance de balnéothérapie la semaine dernière. Cela faisait près de 30 ans que je ne connaissais plus les bienfaits de la piscine, je ne m'y rendais pas pour des raisons de distance et de coût. Une chance inouïe, le Kiné est à un quart d'heure de chez moi en car qui dessert la zone rurale où j'habite. Très rares sont les professionnels de santé du dos et de la motricité ayant un cabinet en campagne et de plus possédant une piscine. L'on y a toujours pieds, je mesure 1,54m et l'eau m'arrive aux épaules.

J'ai 54 ans, 3 vertèbres d'usées à force d'avoir déménager et emménager seule.

L'âge est évidemment source de soucis physiques, mais attention aussi à ne pas oublier l'état d'esprit. Pour certains d'entre-nous, plus l'on se focalisera sur les aléas de notre vie, plus l'on va se raidir sans même s'en rendre compte. Dès lors inévitablement notre corps va nous le faire savoir.

Pour ma part j'ai 15 séances, remboursées. Si arrivée à la moitié je ne sens pas de nette amélioration, j'envisagerai probablement l'infiltration.

Mais j'encourage vraiment toutes les femmes et les hommes souffrant de ces maux de dos et bien entendu n'ayant pas une réelle phobie de l'eau à aller en piscine, même en bassin pour enfant, soit si vous avez un kinésithérapeute possédant une piscine pas trop loin de chez vous, de vous faire prescrire par votre généraliste de la balnéothérapie.

Pour les postures à adopter pour se soulager c'est assez difficile. Par contre sont incontournables des exercices à faire chez soi sur un tapis spécial. Seul votre kiné, selon la souffrance que vous avez et votre poids pourra vous les indiquer.

Et surtout ne pas être sédentaire. Si vous avez un jardin ou même chez vous, marchez au moins une heure par jour à votre rythme. Divisez cette heure en plusieurs fois si nécessaire.

| 1 | 2 | 3 | 4 |

Participez à cet article, commentez le

votre contribution n'apparaîtra qu'après avoir été validée par un administrateur